Protection civile : René Collin plaide pour une mobilisation collective

La sécurité est de la responsabilité des communes et de l’Etat fédéral. En tant que Ministre wallon de la Ruralité, je considère que le plan JAMBON met à mal cette responsabilité en supprimant des postes de protection civile dont, chaque semaine, on mesure l’efficacité et la nécessité.

Pour rappel, je me suis exprimé dès l’annonce des risques de suppression des antennes de Libramont et de Ghlin. Les deux Députés fédéraux cdH de la Province de Luxembourg, Isabelle PONCELET et Benoît LUTGEN ont multiplié les démarches. J’ai également sensibilisé autant que possible mes collègues du Gouvernement, tant dans sa composition actuelle que dans la précédente, pour qu’un maximum de relais politiques puissent être actionnés. Contrairement à Jonathan MARTIN qui veut, de réserviste, endosser le brassard de capitaine et qui dénigre le principe des motions communales proposées par Dimitri FOURNY, je pense, au contraire, que ces démarches ont tout leur sens.

Les communes sont, en effet, au premier rang pour tout accident ou événement requérant l’intervention rapide et efficace des secours.  Ces mêmes communes financent les zones de secours qui seront appelées, si le projet contesté aboutit, à pallier les carences créées par la suppression des casernes.

La réaction de Jonathan MARTIN porte un coup à la nécessaire mobilisation collective et solidaire qui doit émaner des communes et qui serait un élément déterminant pour faire bouger les partis représentés au Gouvernement fédéral.

Le projet JAMBON, de concentrer à Brasschaat et à Crisnée les forces de la protection civile, constitue un risque majeur pour la sécurité de nos territoires et de toute la population quel que soit l’endroit où elle réside.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire