Peste porcine africaine : informations et coordination avec les autorités locales

J’ai rencontré à Arlon, en compagnie du Gouverneur de la province de Luxembourg, Olivier SCHMITZ, les Bourgmestres des communes et des Zones de police concernés sur un périmètre de 63.000 hectares suite à l’apparition du virus de la peste porcine africaine. Cette réunion d’informations et de coordination s’est déroulée en présence de l’AFSCA et du Directeur général de la DGO3 et des représentants du Département de la Nature et des Forêts – DNF- et du Département de l’Etude du Milieu Naturel et Agricole – DEMNA.

Une information précise sur les comportements à éviter par le grand public dans le périmètre infecté est disponible au départ du portail de la Wallonie www.wallonie.be. Pour rappel, le virus n’affecte que les sangliers et les porcs. L’homme, comme ses animaux de compagnie, n’encourent aucun danger.

Après un bref état des lieux, j’ai détaillé et expliqué les différentes mesures adoptées sur le périmètre de 63.000 hectares depuis vendredi dernier  et prévues jusqu’au 14 octobre prochain. Elles convergent vers un seul objectif: le confinement du virus et la délimitation du réel périmètre infecté. Les mesures prises vont éviter une dispersion des sangliers et du virus :

  • L’interdiction du nourrissage et de toutes formes de chasse
  • L’interdiction de la circulation en forêt en ce compris l’exploitation forestière

La découverte des cadavres permettra de délimiter de manière précise le territoire infecté, de réduire le premier périmètre, mais également d’évacuer les carcasses qui restent des foyers viraux jusqu’à 120 jours après la mort.

La stratégie est d’éviter toute propagation, notamment aux porcs domestiques, totalement préservés actuellement. L’AFSCA a intensifié son monitoring et encourage chaque éleveur, même d’une petite exploitation privée, à se faire connaître de ses services.

Les agents des cantonnements concernés ont débuté la procédure de recherche des carcasses. Ce travail sera évalué le 26 septembre prochain.

La procédure établie stipule clairement le modus operandi lors de la découverte d’un sanglier. Seuls les agents du DNF sont habilités à enlever les carcasses. Une équipe est spécialement dédicacée au transport vers les centres de collecte. J’attends une totale coopération de l’ensemble des acteurs et de nos citoyens lors de la découverte d’une carcasse de sanglier en appelant immédiatement le call center du Service public de Wallonie (1718) tout en énonçant la localisation précise et en évitant impérativement tout contact. Il en va d’une responsabilité collective et citoyenne. Chaque sanglier mort doit être déclaré aux autorités compétentes.

A l’heure actuelle, la question de clôturer un périmètre n’est pas encore opportune mais  j’ai demandé à mon Administration de prévoir la logistique qui serait éventuellement nécessaire dans une phase ultérieure.

Je ne ferme aucune porte quant au champ des possibilités ayant entraîné l’introduction du virus dans le périmètre défini.

« La responsabilisation du public, souligne le Gouverneur SCHMITZ, est essentielle. Seuls nous n’y arriverons pas. La prise de risque individuelle peut nous conduire à un événement de plus grande ampleur qui toucherait différents secteurs économiques. Je réfléchis à l’éventualité d’adopter des mesures complémentaires  aux arrêtés pris dans le cadre de mes compétences. Nous sommes dans l’analyse. Les mesures sont lourdes et contraignantes à court terme afin d’éviter un impact durable pour notre territoire ».

Outre une mobilisation d’un million d’euros spécialement dédicacé à la gestion technique et logistique de la peste porcine africaine avant ma rencontre jeudi avec la filière porcine wallonne, j’ai demandé à l’APAQ-W, chargée de préserver et de défendre l’image de qualité de notre agriculture, de déposer plainte contre X.

le Gouverneur et moi-même, à travers cet exercice, attendons un engagement total des pouvoirs locaux, des services de police et de l’ensemble des citoyens dans l’éradication du virus. Ils sont conscients des efforts et des sacrifices que la gestion de la peste porcine africaine impose à de nombreux secteurs : chasse, agriculture, exploitation forestière, tissu associatif, tourisme,… Une mobilisation collective sans faille est indispensable pour une efficacité totale des opérations en cours pour une reprise des activités dans les meilleures conditions possibles.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire