Label PEFC : audit annuel positif !

J’ai pris connaissance avec satisfaction de l’audit annuel réalisé par ECOCERT dans le cadre de la certification du Certificat PEFC délivré aux 271.340 hectares de forêts publiques wallonnes et à 27.984 hectares de forêts privées.

Le rapport met en exergue la réorganisation et le renforcement du service chargé de la mise en œuvre du certificat PEFC et des exigences qui en découlent afin de répondre aux manquements constatés précédemment. ECOCERT pointe le « travail approfondi et très complet mené sur l’équilibre forêt gibier » ainsi que l’existence du fichier écologique des essences, un outil de référence pour les gestionnaires des forêts et des autres espaces naturels à choisir les essences à planter ou à établir un diagnostic sur l’adéquation essence-station dans le cadre de diverses questions de gestion : régénération naturelle, santé des forets, avenir des peuplements dans le cadre des changements climatiques,…

L’organisme certificateur souligne quelques manquements mineurs[1] qui demandent des améliorations et des clarifications que l’Administration mettra rapidement et facilement en place.

Pour rappel, 550.000 hectares de forêts recouvrent le territoire wallon dont 48 % sont directement gérés par le Département Nature et Forêt – DNF- au sein du SPW. La gestion durable des forêts est labellisée par l’Organisation non-gouvernementale PEFC – Programme de Reconnaissance de Systèmes de Certification Forestière –  sur base de standards internationaux. Ce Label garantit que les forêts sont gérées conformément à des critères stricts et que les flux de bois, de la forêt au consommateur, sont suivis de près et contrôlés par des organismes de certification indépendants. Cette certification est un élément indispensable pour notre filière bois qui comprend plus 8.000 entreprises générant près de 19.000 emplois directs en Wallonie.

Nos forêts sont gérées dans une perspective durable grâce au travail de près de 350 gardes forestiers qui assurent le maintien de la biodiversité mais également la régénération des peuplements forestiers. La forêt wallonne constitue un patrimoine collectif dont la gestion relève d’un savant équilibre entre ses différentes fonctions économique, naturelle, touristique, sociétale et environnementale.

[1] Non satisfaction d’une exigence qui n’affecte pas la capacité du système de management à atteindre les résultats escomptés.

 

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire