La sécheresse reconnue comme exceptionnelle par l’IRM !

Ce lundi 13 août, à l’occasion d’une visite de terrain, j’ai annoncé la reconnaissance, par l’Institut Royal Météorologique de Belgique – IRM, du caractère exceptionnel de la sécheresse. Cette reconnaissance vise la période allant du 1er mai au 31 juillet 2018 et concerne déjà 166 communes.

Le critère retenu par la législation est une période de retour supérieure à 20 ans. L’estimation de cette période de retour dépasse 20 années pour 166 communes. L’Institut note par ailleurs qu’en moyenne, pour la Région Wallonne, tous les mois à partir de février ont été plus secs que la norme.

(Liste complète ici)

Vu la prolongation de la sécheresse, j’ai déjà annoncé mon intention de solliciter une seconde fois l’avis de l’IRM. En effet, cette sécheresse devrait être qualifiée d’exceptionnelle pour davantage de communes.

Pour rappel, pour pouvoir être reconnus comme calamité agricole, les dégâts aux cultures dus à un événement climatique doivent répondre à plusieurs conditions.

Outre le caractère exceptionnel de l’événement démontré par une période de retour supérieure à 20 ans (IRM), des conditions économiques devront également être rencontrées :

  1. les dégâts globaux doivent dépasser 1,5 million d’euros ;
  2. les dégâts moyens doivent atteindre 7.500 euros par dossier ;
  3. l’intensité des dégâts doit atteindre au moins 30 % de la production normale.

Pour rappel, la Wallonie, devenue compétente au 1er janvier 2015, a revu l’ancienne législation fédérale de 1976 sur les calamités agricoles. Le nouveau décret wallon prévoit un processus simplifié pour des indemnisations accélérées et est entré en vigueur au 1er juin 2017.

la Wallonie mettait tout en œuvre pour aider les agriculteurs, à la fois vis-à-vis de l’Europe (augmentation des avances de paiement et assouplissement des règles de verdissement) et dans le cadre des dispositions wallonnes (cultures dérobées et intercultures).

 

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire