La science au service de la pérennité des forêts wallonnes

L’avenir et la préservation de nos forêts et de leur caractère multifonctionnel est menacé par le réchauffement climatique. Le Gouvernement wallon a marqué son accord sur ma proposition de transférer les missions de recherche scientifique en technologie du bois et en génétique forestière au sein du CRA-W – Centre wallon de recherche agronomique – qui complète désormais son panel de recherches qui était consacré aux productions végétales et animales.

550.000 hectares de forêts recouvrent notre territoire, soit  33 % de sa superficie. Génératrice de plus de 19.000 emplois directs, la filière bois compte 8.003 entreprises actives dans la gestion et la valorisation de ses produits. Or, l’équilibre de nos forêts est menacé par les modifications climatiques à l’échelle mondiale. Les hivers seront à l’avenir plus  chauds et plus humides et les étés plus secs et propices aux évènements extrêmes. Les risques biotiques (insectes ravageurs nouveaux, maladies) et abiotiques (tempêtes, incendies) seront plus récurrents.

Dans ce contexte, la recherche en matière forestière a un rôle crucial à jouer pour le maintien des écosystèmes forestiers et la valorisation économique des ressources de ce secteur. La diversité génétique permet de garder, voire d’améliorer le niveau de rendement économique des forêts, et en parallèle, elle facilite l’adaptation des forêts face à l’évolution des conditions environnementales et climatiques.

En outre, grâce à l’accord-cadre de recherches et vulgarisations forestières, le Département de la Nature et des Forêts – DNF- a développé en collaboration avec l’ULg-GxABT, l’UCL et avec l’appui de l’ASBL Forêt wallonne, a revu en profondeur le Fichier Ecologique des Essences. Cet outil de référence, consultable sous forme d’une application web, aide les gestionnaires des forêts et autres espaces naturels à établir un diagnostic complet des milieux forestiers consultés. Le Fichier Ecologique des essences est également un guide dans le choix des essences à (re)planter dans le respect des critères pédoclimatiques et des situations particulières du milieu naturel.

Enfin, je souhaite rappeler le soutien apporté à la forêt et à la filière bois au travers, entre autres, de son administration et de son rôle dans la gestion durable de la forêt (PEFC), de l’Office Economique Wallon du Bois (OEWB) qui encadre la marque collective Bois Local, de la recherche sylvicole dont les moyens ont été maintenus ou encore des primes à la plantation pour le reboisement forestier privé. La relance de la recherche en ressources génétiques forestière  s’inscrit pleinement dans les recommandations qui ont été faites en juin 2014 pour la gestion durable des forêts. La forêt wallonne constitue un patrimoine collectif dont la gestion relève d’un savant équilibre entre ses différentes fonctions économique, naturelle, touristique, sociétale et environnementale.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire