Générations Terre : ambition commune pour une agriculture durable

J’ai lancé ce lundi le projet pilote « Générations Terre » en collaboration avec le Parc Naturel des Vallées de la  Burdinale  et de la Mehaigne, celui de la Vallée de l’Attert et enfin avec le Parc naturel des Plaines de l’Escaut. Ces trois Parcs rassemblent 83.700 habitants sur quelques 44.595 ha.

« Générations Terre » vise à établir des synergies entre l’ensemble des acteurs concernés – agriculteurs, gestionnaires du Parc naturel, services d’encadrement et de recherche, administrations, syndicats agricoles et citoyen, …- à l’échelle d’un Parc Naturel afin d’améliorer la durabilité des pratiques agricoles notamment par une diminution progressive et accompagnée des produits phytosanitaires. L’objectif est de réduire le recours aux intrants de 30% dans les 2 ans et de 50% endéans les 5 ans. L’objectif final, à long terme, étant, évidemment, d’aller le plus loin possible dans la suppression.

Collaboration

La mission des trois Parcs Naturels ainsi que la Fédération des Parcs Naturels consiste à identifier les zones préférentielles et d’accompagner de façon objective et indépendante les agriculteurs volontaires afin de les aider à faire évoluer leurs pratiques agricoles. La réflexion et l’accompagnement seront nourrit par l’expertise technique d’une task-force locale composée notamment des agents de terrain de Natagriwal, Protect’Eau,  des Centres pilotes, l’Administration , les associations professionnelles mais également des partenaires régionaux comme le CRA-W ou Biowallonie.

Les résultats objectivés des projets pilotes devront permettre de répercuter à l’échelle de la Wallonie des nouvelles pratiques agricoles et répondre aux enjeux de ce secteur ô combien indispensable et essentiel pour l’ensemble de notre société. Les autres Parcs Naturels pourront bien évidemment rejoindre la démarche.

Parcs Naturels

La Wallonie compte aujourd’hui 10 Parcs Naturels qui sont autant de territoires ruraux, dotés d’un haut intérêt biologique et géographique. Les Parcs jouent également un rôle essentiel dans le développement économique et social de leur territoire respectif. Ces 10 entités couvrent 373.600 ha et regroupent 247.825 habitants soit 22,2% du territoire wallon pour 7% de sa population.

A l’inverse d’une réserve naturelle, qui est un espace protégé où les activités humaines sont sévèrement réglementées, un Parc Naturel est un cadre de vie où les activités humaines sont au contraire encouragées dans la mesure où elles servent à augmenter la qualité de la vie en milieu rural (mobilité, services, énergie, etc.), pour peu évidemment, qu’elles n’aient pas de retombées négatives sur l’environnement.

la philosophie de « Générations Terre » repose sur le principe de la conviction plutôt que celui de la contrainte. Je veux pouvoir permettre aux agriculteurs de découvrir, de tester de nouvelles méthodes, de trouver des réponses à leurs questions… et ce, à l’échelle d’un territoire donné. Le respect de l’environnement et le développement durable de notre agriculture sont essentiels pour permettre aux citoyens de consommer des produits de qualité mais aussi d’assurer une rémunération juste aux agriculteurs

Le Parc Naturel des Plaines de l’Escaut

Situé dans l’Ouest de la Province du Hainaut, le parc naturel couvre le territoire de 6 communes : Rumes, Brunehaut, Antoing, Péruwelz, Beloeil et Bernissart. Territoire rural à forte identité avec ses 26.500 ha et ses 63.500 habitants, le Parc possède une certaine dynamique et recèle de paysages remarquables. Il entretient par ailleurs de nombreux contacts avec son équivalent transfrontalier : le Parc naturel Scarpe-Escaut.

Parc Naturel de la Vallée de l’Attert 

Le Parc naturel de la Vallée de l’Attert a été créé le 14 juillet 1994 et est mono-communal. C’est le troisième parc installé en Wallonie et le premier en Province du Luxembourg. Il s’étend sur 7 095 ha, dont 32 % sont occupés par les bois et 52 % par les terres agricoles (2 300 ha de prairies permanentes). L’élevage porte principalement sur les bovins, tant pour les produits laitiers que pour la viande. Prairies et terres labourables alternent le plus souvent et des buissons et des haies s’allient aux rideaux d’arbres pour conférer au paysage un caractère semi-bocager.

Le territoire du Parc occupe une zone charnière entre la forêt d’Anlier, sur sol ardennais, et le Pays lorrain.  Des étendues plus ouvertes existent cependant à l’est du territoire. L’Attert est la rivière qui a donné son nom au Parc naturel. L’Attert et ses nombreux affluents sont à l’origine d’un important maillage écologique fait de cours d’eau, de zones humides, d’aulnaies alluviales, de haies et d’arbres bordant les berges et les ruisseaux. Grâce à son patrimoine naturel exceptionnel le tourisme dans le parc naturel est un tourisme vert et diffus fait de promenades et de découvertes de la nature.

 

Le Parc Naturel de la Burdinale-Mehaigne 

Il se situe en Hesbaye, dans le triangle formé par les villes de Huy, Andenne et Hannut. Le Parc Naturel a été reconnu définitivement en 1991. Il regroupe 22 villages des entités de Braives, Burdinne, Héron et Wanze, dont environ 15.000 habitants vivent dans le Parc Naturel. Les rivières dont il tient son nom, la Burdinale et la Mehaigne sillonnent 11.000 ha en donnant naissance à deux vallées très diversifiées du point de vue géographique, logeant d’intéressants paysages et de beaux villages bien conservés. Le Parc Neturel est le point de rencontre entre le plateau de Hesbaye et les bords de Meuse. Cette particularité offre des écosystèmes forestiers de milieux humides et des prairies de fond de vallées d’une part, et les vastes étendues agricoles de Hesbaye d’autre part.

1 réponse

  1. Geoffroy Marchal

    Excellente initiative ! Les modèles de productions doivent urgemment être repensés !

Ajouter un commentaire