Examen de chasse en Wallonie : sécurité & simplification

Sur ma proposition, le Gouvernement wallon a adopté le projet d’arrêté modifiant l’arrêté du 2 avril 1998 visant l’organisation de l’examen de chasse en Wallonie. Le nouveau dispositif qui allie simplification et sécurité entrera en vigueur au 1er décembre 2017.
 
Depuis une dizaine d’années, plus aucune modification n’a été apportée à l’arrêté organisant l’examen de chasse qui, sous sa forme actuelle, se compose d’une épreuve théorique et d’une épreuve pratique. J’ai proposé, en concertation avec le secteur et plus particulièrement le Conseil supérieur de la Chasse, une série de modifications qui vont dans le sens d’une simplification administrative ou d’un toilettage de cet arrêté, en abandonnant notamment des dispositions qui n’ont plus cours en 2017.
 
L’examen reste constitué de 3 parties distinctes :
o   Branche I : la connaissance de la règlementation sur la chasse et la conservation de la nature.
o   Branche II : la connaissance des espèces gibier et de la gestion de leurs populations, des dégâts causés par le gibier à l’agriculture et à la sylviculture, des oiseaux et mammifères sauvages, des chiens de chasse, de l’aménagement et de la gestion des territoires de chasse en relation avec la biologie du gibier.
o   Branche III : la connaissance des armes de chasse, des munitions et de l’éthique de la chasse.
 
Les modifications principales
 
ü  Dispositions générales :
o   Possibilité de s’inscrire à l’examen par courrier électronique ;
 
ü  Dispositions concernant l’examen théorique :
o   Réduction du nombre de questions de l’épreuve théorique de 80 à 60 ;
o   modification du seuil de réussite de 50 % à 60 % pour les branches I et II et de 70% pour la branche III ;
o   un seuil global de minimum 66 % doit également être atteint ;
o   mise en place d’une seconde session de l’épreuve théorique à laquelle tous les candidats en échec ou absents lors de la première session ou qui auront atteint l’âge de 16 ans à la date de la seconde session pourront avoir accès ;
o   Avancée de la date limite d’inscription à l’examen de chasse du 31 janvier au 14 janvier inclus ;
o   Intégration, dans la Branche II, de questions relatives à la reconnaissance d’espèces non indigènes envahissantes que les chasseurs peuvent tirer en action de chasse.
 
ü  Dispositions concernant l’examen pratique :
o   Instauration de sessions de rattrapage pour les candidats en échec à la première ou à la seconde sous-épreuve pratique de l’examen ;
o   modification de l’examen pratique afin de permettre une éventuelle modification de l’organisation des parcours de chasse (Matière II – manipulation en action de chasse) et ce, afin de garantir une évaluation sérieuse et optimale des candidats vis-à-vis des paramètres de sécurité.
 
Cette modification allie une forte simplification administrative à une impérieuse exigence de sécurité avec notamment une hausse du seuil global de réussite. Cette modification réglementaire est de nature à encourager les candidats wallons à passer les épreuves wallonnes de l’examen de chasse et par là renforcer l’ancrage des titulaires de permis de chasse wallon aux spécificités cynégétiques de notre territoire. La reconnaissance de l’équivalence des certificats de réussite de l’examen de chasse délivré par les régions et pays voisins n’est toutefois pas remise en question.  
 
Les plus de 16.000 titulaires d’un permis de chasse en Wallonie participent activement à la régulation et la gestion de nos forêts dans un principe de durabilité et d’équilibre sylvo-cénégétique. Le permis couvre une année cynégétique soit du 1er juillet de l’année en cours au 30 juin de l’année suivante. Le permis est accordé sur base de la réussite de l’examen de chasse, d’un certificat de bonne vie et mœurs et des assurances requises. Le permis est délivré aux personnes de minimum 18 ans accompli.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire