Espèce Exotiques Envahissantes : le décret en Wallonie

Cette nuit au Parlement de Wallonie, le décret relatif à la prévention et à la gestion de l’introduction et de la propagation des espèces exotiques envahissantes a été adopté à l’unanimité.

D’origine végétale ou animale, leur nombre s’est accru sensiblement depuis le début du 19ème siècle, essentiellement par l’action de l’homme.  Elles constituent une réelle menace pour nos espèces indigènes et par conséquent pour notre biodiversité. En effet, les EEE sont généralement plus compétitives. Elles peuvent être porteuses et vectrices d’agents pathogènes nuisibles pour nos espèces, sans oublier qu’elles sont susceptibles d’affecter notre écosystème en modifiant, par exemple, les propriétés du sol ou de l’eau. Au niveau européen, plus de 12.000 espèces exotiques ont été observées. Afin d’éviter et d’atténuer les effets néfastes de ces espèces, dont l’impact est estimé à 12 milliards d’euros par an,  la Commission européenne a adopté, le 1er janvier 2015, un Règlement européen définissant une série de mesures préventives et curatives : interdiction d’importation, de commercialisation, de détention ou encore d’élevage. La Commission a établi une liste de 49 espèces exotiques envahissantes.

En 2015, un accord de coopération a été adopté lors d’une Conférence interministérielle. Il vise à garantir, par la création d’un secrétariat scientifique national, une approche globale et cohérente en matière de lutte et de prévention des EEE au niveau belge au travers d’une triple action : prévention, détection précoce et éradication rapide.

Toutefois, cet accord ne suffit pas à implémenter l’ensemble des prescrits du Règlement européen. Le Décret wallon voté ce jour comble cette lacune et permettra :

  • Une détection précoce et une éradication rapide des espèces émergentes par les services de l’Administration ;
  • Une gestion des espèces largement répandues ;
  • Une restauration des écosystèmes ;
  • Un dispositif de prévention ;
  • Un dispositif de sanctions.

Le texte prévoit des mesures transitoires pour les particuliers qui pourront, après déclaration à l’Administration et sous certaines conditions, conserver les espèces en leur possession. Les professionnels disposeront d’une année pour écouler leur stock dès l’entrée en vigueur des listes d’EEE.

Comme le prévoit le Règlement européen, le Décret wallon dispose de ses propres listes :

  • Liste positive d’espèces animales exotiques pouvant être introduites dans la nature (Ex : le faisan de Colchide, la truite arc-en-ciel,…)
  • Listes négatives d’espèces végétales validées par le secteur horticole lors du Projet Life Alter-IAS :
    • Liste A : espèces dont le secteur horticole peut aisément se passer. Interdiction de plantation dans tous les milieux (Ex : berce du Caucase, cerisier tardif, la renouée du Japon,…)
    • Liste B : espèces conservant un intérêt pour le secteur horticole. Interdiction de plantation à proximité des sites protégés par la Loi de Conservation de la Nature et des cours d’eau. (Ex : rhododendron, spirées nord-américaines…)

Ce Décret constitue une avancée conséquente pour la préservation de notre environnement, sa de biodiversité tout en garantissant un cadre de vie de qualité pour nos concitoyens. Il complète l’arsenal dont nous disposons pour protéger notre nature. »

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire