Clé Verte : porte d’entrée du tourisme durable en Wallonie

Je me suis rendu au Château de Namur, un hébergement labellisé « Clé Verte », une distinction qui répond notamment aux attentes des touristes toujours plus nombreux à être sensible à la cause environnementale. 95% des Européens affirment, en effet, que la protection de l’environnement est importante à leur yeux. J’ai également annoncé la labellisation de 18 nouveaux établissements « Clé Verte » en 2017.  Désormais, ce sont 52 structures qui disposent de ce label en Wallonie.

Créé en 1994 au Danemark, l’écolabel international « Clé Verte » récompense et valorise les gestionnaires d’hébergements touristiques, de centres de conférences et d’attractions pour leurs démarches et leurs performances en matière de respect de l’environnement. Au niveau international c’est la Fondation pour l’éducation à l’environnement (la FEE) qui coordonne le label. En Wallonie, c’est la Fédération Inter-Environnement Wallonie (IEW) qui, depuis 2010, assure la mise en œuvre du processus de labellisation.

Pour obtenir le label, les candidats doivent répondre à une série d’exigences telles que le suivi des consommations, l’utilisation d’énergie renouvelable, de produits d’entretien et de consommables écologiques, d’une mobilité et d’une alimentation plus durables, d’une gestion attentive de l’eau, du tri des déchets, etc. Les candidats s’engagent par ailleurs à promouvoir les activités nature et les éco-gestes auprès de leurs clients. Le label « Clé Verte » est octroyé annuellement à l’issue d’une procédure stricte comprenant une visite de contrôle indépendante sur site et une évaluation par un jury indépendant. Les critères sont établis internationalement et réévalués tous les 4 ans pour s’adapter au mieux aux exigences environnementales.

Pour rappel, c’est en 2015 que la Wallonie soutient pour la première fois cette dynamique via une subvention permettant d’amplifier la promotion du label « Clé Verte » et d’assurer un accompagnement adéquat des candidats pris en charge par IEW.

Grâce à cette subvention, le labellisé bénéficie:

  • d’un accompagnement individuel à distance et collectif à la mise en conformité pour obtenir le label ;
  • d’une visite de contrôle et de conseils sur site par un auditeur professionnel et indépendant ;
  • d’une adhésion au réseau international des labellisés Clé Verte ;
  • d’une promotion de l’hébergement via divers mécanismes (site de WBT,  autres sites liés au label, système des écochèques, communiqués et conférence de presse annuelle, etc.).

Pour permettre à toutes les structures, y compris les plus petites, d’accéder à ce label, l’intervention de la Wallonie se révèle indispensable puisqu’elle permet de réduire sensiblement le coût à charge de l’opérateur, en adaptant notamment la cotisation à la taille des structures et en prenant en considération le coût engendré par les contrôles de terrain.

L’amplification du label ne peut que renforcer les nombreux atouts dont dispose notre territoire en matière de tourisme durable.

 

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire