Bastogne : Classement de témoins emblématiques de la Seconde Guerre Mondiale

Je viens de signer l’arrêté de classement, comme monument, de la fameuse “Cave Mac Auliffe”, et, comme site, du Bois Jacques creusé de “fox holes”, témoins de la résistance alliée à Bastogne.

La Bataille des Ardennes, qui s’est déroulée de la mi-décembre 1944 à la mi-janvier 1945 est un épisode décisif de la Seconde Guerre mondiale. Après le Débarquement en juin 1944, les territoires belges sont progressivement libérés par les troupes alliées. Mais les Allemands, soucieux de reprendre le stratégique port d’Anvers, lancent une contre-offensive surprise à travers l’Ardenne, dirigée par le maréchal von Rundstedt. Bastogne et ses environs sont le théâtre de violents affrontements, dont il demeure des témoignages explicites.

L’un d’eux est la “Cave Mc Auliffe“, ainsi dénommée pour désigner le QG américain d’où le général Mc Auliffe dirigeait les opérations. C’est de là qu’il s’opposa à la demande de reddition avec le célèbre “NUTS !”. Il voulait gagner du temps coûte que coûte, dans l’attente des renforts du Général Patton. L’histoire a donné raison à son entêtement.

Cette cave, déjà inscrite en 2011 sur la liste de sauvegarde du patrimoine par Benoit Lutgen alors Ministre wallon, se situe au sein de la Caserne Heintz à Bastogne, ancienne caserne du 2e régiment des Chasseurs ardennais. Construite dans les années 30, elle est toujours occupée par l’armée belge et l’ancien QG américain mis en valeur.

Les soldats américains, qui avaient pour mission de résister et de garder Bastogne, se sont creusés, dans le Bois Jacques, des tranchées individuelles pour se protéger des tirs d’artillerie et du froid, car l’hiver était particulièrement rude cette année-là. Ces cavités, appelées par les Américains “fox holes” (trous de renard), ont survécu et font du Bois Jacques, situé entre les villages de Foy et Bizory, un lieu particulièrement évocateur.

Ces deux dossiers portés par la ville de Bastogne s’inscrivent parfaitement dans le développement de la commune en tant que centre de référence de la seconde guerre mondiale. Par ces classements, j’entends assurer la préservation en Wallonie de témoins matériels significatifs de la Seconde Guerre mondiale, pour leur haute valeur historique et mémorielle. Cette reconnaissance doit en outre contribuer à renforcer la dimension didactique et l’attrait touristique de ceux-ci.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire