Allongement de la période de chasse au sanglier

Sur ma proposition, le Gouvernement wallon a approuvé, en première lecture, l’allongement, aux mois de janvier et février 2018, de la période d’ouverture de la chasse en battue et au chien courant pour le sanglier.
 
Pour rappel, en ce qui concerne le sanglier, la chasse à l’approche et à l’affût est possible tout au long de l’année tandis que la chasse en battue et au chien courant est ouverte du 1er août au 31 décembre en plaine et du 1er octobre au 31 décembre au bois. Le projet d’arrêté vient exclusivement modifier les dates d’ouverture, de clôture et de suspension de la chasse pour l’année cynégétique.
 
Les fructifications forestières (fainée et glandée) abondantes en 2016 et 2017 combinées aux conditions météorologiques favorables du printemps 2017 ont accéléré le processus de reproduction des sangliers.  Dès lors, des prélèvements insuffisants de cette espèce pourraient entraîner un risque accru en termes de dégâts à l’agriculture, aux propriétés privées ainsi qu’à la biodiversité. Il convient également d’éviter tout risque tant pour la sécurité publique (accident de la route) que pour des raisons sanitaires (transmission de pathogènes au bétail domestique).
 
C’est déjà dans cette optique que j’avais requis de son Administrationle 12 janvier dernier, de répondre dans les meilleurs délais à toutes les demandes d’autorisation de battues de destruction permettant la destruction de suidés. Cette mesure de simplification administrative remplissait également un rôle essentiel en termes de sécurité publique.
 
En outre, la loi du 14 juillet 1961 visant à assurer la réparation des dégâts causés par le gros gibier protège la partie lésée, et donc les agriculteurs. En 2015, les agriculteurs wallons ont été indemnisés à hauteur de 337.612 euros suite à des dégâts de sangliers.
Afin de faciliter l’indemnisation des dégâts de la faune sauvage, le Ministre soutient, à concurrence de 83.000 euros, un logiciel informatique dégâts de gibier qui permet d’objectiver et d’harmoniser l’estimation des dégâts de façon à faciliter les arrangements à l’amiable et le paiement rapide des dommages tout en permettant une récolte statistique des dégâts agricoles.  Les barèmes sont, de plus, le fruit d’un consensus issu d’une plateforme regroupant la FWA (Fédération Wallonne de l’Agriculture), la FUGEA (Fédération Unie de Groupements d’Eleveurs et d’Agriculteurs), la FCGGB (Fédération des Chasseurs au Grand Gibier de Belgique), l’UNAB (Union Nationale des Agrobiologistes Belges) ainsi que le DNF (Département de la Nature et des Forêts).
 
la politique cynégétique wallonne vise à maintenir les populations de gibier dans un état de conservation favorable dans les limites des densités permettant à la forêt de remplir son rôle multifonctionnel, aux autres espèces vivantes de notre biodiversité de prospérer tout en préservant les intérêts économiques de l’agriculture et de la sylviculture.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire